The Beginning


Bonjour à tous !

Japan Heavy c'est un projet ayant pour but de promouvoir le Heavy Metal Japonais, genre musical méconnu et pourtant ô combien passionnant et riche.
Historique, news, critiques, Japan Heavy aspire à devenir la plate forme Francophone référence en la matière.
Espérons y arriver et surtout...

Heavy à tous !


17/06/2013
En plus de la page Facebook, Japan Heavy est désormais également présent sur Twitter !
N'hésitez pas à suivre les actualités de JH sur les réseaux sociaux ;)

Anthem - Evil One
(2012)


mercredi 23 mars 2011

Sex Machineguns - Sex Machinegun



Après quelques années de concerts, demotape et autres manifestations en tout genre, les Sex Machineguns sortent enfin leur premier album en 1998.
S'étant fait grandement remarqué avant même la sortie de l'album, le groupe jouit déjà d'une réputation assez répandue: à force de concerts aussi nu qu'un vers et de prestations toutes plus extravagantes les unes que les autres, on se retrouve avec une célébrité relative.
Sex Machinegun est donc plus une consécration qu'une révélation. Mais quand on fait autant de bruit avant même de sortir son premier album, il faut ensuite être à la hauteur des attentes.
C'est pour ça que l'on parle de consécration, car en plus d'être à la hauteur, l'album les explose littéralement.

Retour sur un album monument du Heavy Metal Japonais.



Retour dans le passé, 1998. Les Sex Machineguns sortent Sex Machinegun, leur premier album. Notez bien qu'il ne s'agit PAS d'un album éponyme, je n'ai donc pas oublié le "s". La line-up est celle que les fans apprécient le plus, à savoir, Anchang au chant et à la guitare, Sussy à la guitare, Noisy à la basse, et Speed Star Sypan Joe à la batterie.

On démarre avec le titre éponyme à l'album, Sex Machinegun. Les 1e notes sonnent bon le Heavy Metal des années 80 remis au goût du jour. Anchang met fin à l'intro et le rythme monte d'un (un seul?) cran. Les fameuses influences Speed Metal dont je parlais précédement sont là, cela ne fait aucun doute. Ça décoiffe, ça remue, ça va vite... et on aime ça! Avec ce 1er morceau, les SMG nous montrent qu'ils incorporent ) merveille les rythmiques du Speed Metal aux arrangements musicaux typiques du Heavy Metal. Le refrain sonne en tête : "Mas...tur...bay...TION!!!" avant que le solo endiablé d'Anchang ne nous explose les oreilles. Si l'on se posait la question, c'est fini. Oui! Anchang est un guitariste d'exception. Le refrain reprend de plus belle avant de conclure cette explosive ouverture de... pervers!

Vient ensuite JAPAN avec son rythme beaucoup plus posé et proche du rythme typique du Heavy. Les lignes de guitare sont un régal pour nous, amateurs de Heavy. Véritable mise en abîme de la nationalité Japonaise, ce titre s'inscrit comme un chef d'œuvre tant l'évidente critique de cette société y mise en musique de façon grandiose. Anchang hurle et le fait à merveille. Sa voix criarde et aigüe nous touche en plein coeur. On a encore des chanteurs de cette trempe en 98 qui ont moins de 40 ans???

La piste suivante, Scorpion Death Rock joue beaucoup sur les distorsions de guitare qui donnent un écho continu pendant les couplets. L'ambiance macabre et masochiste qui en résulte est parfaitement réussie. Le venin du scorpion nous envahit et atteint son apogée avec les impressionnants cris d'Anchang en fin de refrain. On est encore scotché par sa voix.

Un peu de silence, Devil Wing a une longue intro presque silencieuse, voire inquiétante, où l'on entend ce qui ressemble à un helicoptère en fond. La chanson démarre dans une ambiance un peu plus sérieuse avec un côté mélodique vraiment agréable. Cela "calme" un peu le rythme dans cet album de fous.

Sakurajima enchaîne et reprend ce que l'on avait adoré sur Sex Machinegun: la combinaison Speed/Heavy Metal. Dans une ambiance déjantée, le groupe s'éclate et s'en donne à coeur joie. On retrouve ici ce qui va devenir une des marques de fabrique du groupe: un refrain simple mais qui reste diablement en tête!

Envolons-nous c'est le moment de High Speed Samurai. Avec cette chanson, le Heavy Metal devient planant. L'ambiance véhiculée est claire, on veut nous faire voler pendant quelques minutes. Légère sans être simpliste, le Samurai à Grande Vitesse (SGV) nous transporte au dessus des nuages, mais n'est pas une ballade. Le solo est encore une fois le point culminant de la chanson, Anchang l'a bien compris. Son tapping nous colle les tympans sur place, c'est un vrai Guitar Hero.

Redescendons sur Terre, Famiresu Bomber relance de plus belle, dans la pure lignée de Sex Machinegun ou Sakurajima. La particularité de cette chanson réside dans son interprétation live: le groupe interprète une petite chorégraphie en la jouant. Très recherchée: des quarts de tour, du headbang, des allers retours sur le devant de la scène... bon ok, dit comme ça, ça a l'air vachement... banal, MAIS croyez moi, ça vaut le coup d'oeil haha, admirez vous même!


Famiresu Bomber - Live


On atteint surement l'apogée de l'album avec le titre Inu no Seikatsu. Véritable hommage au Heavy Metal de par sa composition, la justesse de l'interprétation ne peut que laisser rêveur. On ne peut décidément pas douter que les Sex Machineguns soient un groupe de Heavy Metal. En plus d'une composition proche de la perfection, le second degré de l'ambiance et des paroles contribuent grandement à la réussite de ce morceau. Qui aurait cru qu'on aimerait autant entendre Anchang et ses compères aboyer au refrain. Titre aux paroles mémorables, à la composition délicieuse et envoutante, Inu no Seikatsu - La Vie d'un Chien, est vraiment la perle de cet album.

Après une telle œuvre, difficile d'enchaîner, et pourtant! On retrouve maintenant le 1er single du groupe: Hanabi-la Daikaiten. Ce morceau, ici aussi, est un véritable hymne au Heavy Metal. Fidèle jusqu'au bout des ongles aux codes de la compo Heavy, le groupe met en scène un vampire amoureux qui tourne, encore et encore. Pour qui connaissait déjà le titre car sorti avant l'album, aucune surprise, mais on apprécie toujours autant ce morceau, tellement il tient du chef d'œuvre, une fois encore.

L'album se conclut sur Burn ~ Ai no Honô wo Moyase, second single du groupe. La violence de la chanson, rappelant que le groupe aime le Speed Metal, est idéale pour conclure en beauté. On a envie nous aussi de crier toutes ces émotions accumulées depuis le 1er morceau.


Après tant d'émotions, il faut se remettre de cette écoute. C'est bouleversant, jouissif, incroyablement maîtrisé, et incontestablement Heavy Metal. Chaque piste est unique, a sa prore dimension, sa propre identité. L'ensemble est parfaitement équilibré, nous tient en haleine jusqu'à la dernière seconde, malgré une durée de vie peut-être un peu courte. Des musiciens de talents à tous les postes. On attendait beaucoup du groupe, mais on ne s'attendait pas à autant. L'excentricité du groupe ne s'arrête pas juste à la promo ou un éventuel Sussy dans son plus simple appareil, mais se prolonge bel et bien jusque dans la composition musicale.
Le résultat d'une telle excentricité, fusion réussie d'influences Speed Metal à la composition Heavy Metal nous offre un cadeau unique, décoiffant et surtout une merveilleuse réussite.
Un coup de maître pour démarrer en beauté une longue carrière.



Les +
- Influences Speed Metal
- Dimension unique de chaque morceau
- Musiciens au top
- Tracklist équilibrée

Les -
- Tracklist un peu courte
- Non sinon, je trouve vraiment rien haha


Sex Machinegun Tracklist
1 - Sex Machinegun
2 - JAPAN
3 - Scorpion Death Rock
4 - Devil Wing
5 - Sakurajima
6 - High Speed Samurai
7 - Famiresu Bomber
8 - Inu no Seikatsu
9 - Hanabi-la Daikaiten
10 - Burn ~ Ai no Honô wo Moyase




Hanabi-la Daikaiten

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire