The Beginning


Bonjour à tous !

Japan Heavy c'est un projet ayant pour but de promouvoir le Heavy Metal Japonais, genre musical méconnu et pourtant ô combien passionnant et riche.
Historique, news, critiques, Japan Heavy aspire à devenir la plate forme Francophone référence en la matière.
Espérons y arriver et surtout...

Heavy à tous !


17/06/2013
En plus de la page Facebook, Japan Heavy est désormais également présent sur Twitter !
N'hésitez pas à suivre les actualités de JH sur les réseaux sociaux ;)

Anthem - Evil One
(2012)


mercredi 1 décembre 2010

Anthem - Black Empire



Continuons un peu de faire parler des 4 compères, qui commencent à prendre de l'âge, quelques rides, mais qui n'ont jamais perdu l'aura sainte du Heavy Metal.

29 octobre 2008, Japon.
Un nouvel album nommé Black Empire, par un certain Anthem, fait son apparition.
"Excusez moi monsieur, Anthem c'est bien le vieux groupe que mon papa écoutait?" demande le jeune Visualeux Japonais fort de ses 11 années.
"Oui oui c'est bien eux, un excellent groupe référence à écouter de toute urgence si vous ne connaissez pas!" le conseillait sagement le disquaire.
"Ah non merci, je préfère la vraie musique, pas les trucs poussiéreux tout moisi. Vous avez le dernier Gazette?"
"..."

Pauvre vendeur, lui qui pensait faire un nouvel adepte, s'en trouva bien déçu. Cette journée du 29 octobre allait être bien terne, et pourtant, Anthem saurait palier à ce souci.

Nous sommes donc à la fin de l'année 2008, Anthem vient de nous pondre un nouvel album studio poétiquement intitulé Black Empire. Cet opus fait suite aux 4 précédents depuis la reformation du groupe en 2001 telle qu'on la connait aujourd'hui. Il n'y a donc pas de changement de line up et c'est avec un grand plaisir que l'on retrouve Eizô Sakamoto au chant, Akio Shimizu à la guitare, Naoto Shibata à la basse et Hirotsugu Homma à la batterie.

Les précédents albums n'ont pas forcément fait l'unanimité, il faut bien l'avouer, la faute aux influences Power Metal que le groupe incorpore depuis leur retour. On serait donc en droit de se demander s'ils vont continuer sur cette lancée.

Étonnamment, ce n'est pas vraiment le cas. Je précise bien "pas vraiment le cas", et je vais bien sûr revenir sur le pourquoi d'une telle expression.



On rentre donc chez soi, sa nouvelle acquisition entre les mains. Avant même de l'ouvrir, une chose nous marque, un changement notoire Ô combien agréable. Anthem nous gratifie pour la première fois d'une pochette d'une étonnante qualité. Exit la simple photographie d'un décor, du groupe ou d'un artwork des plus simplistes, on est ici face à face avec une jaquette qui pourrait bien amener les plus psychologues d'entre nous à une analyse poussée sur le pourquoi du comment de la raison possible et imaginable d'une telle illustration. Contrairement à autrefois, d'entrée de jeu, on suggère une véritable histoire que l'on a fort hâte de découvrir.

Anthem démarre sur les chapeaux de roue: un 1er titre éponyme rythmé aux lignes de guitare qui ne sont pas sans rappelées quelques vagues influences Power. Mais le son se veut moins agressif que dernièrement et on a même la surprise de découvrir un clavier en arrière fond sonore, chose très agréable que l'on regrettait depuis Domestic Booty en 1992. Eizô ouvre l'album avec une incroyable performance vocale telle qu'on l'aime de sa part.
Après un tel départ, le titre Heat of the night débute et dès les premières notes, notre coeur de Heavy Metalleux fait trois fois le tour sur lui même! On retrouve une sonorité beaucoup plus proche des années 80 d'Anthem tout en renouvelant le registre. Le refrain reste en tête et continue de résonner même après l'écoute, le tout servi par un solo d'Akio Shimizu au top de sa forme, dans un moment de technique digne des plus grands guitaristes de ce monde: toujours aussi bluffant! A noter que ce titre est sorti en single et bénéficie donc d'un clip, chose assez rare pour le groupe.
On enchaîne avec You et Go Insane, deux titres bénéficiant des même qualités indéniables. Encore une fois, le solo d'Akio se fait prier pour nous en mettre plein les oreilles. Être capable de nous scotcher à chaque fois, de par son jeu technique, sans pour autant tomber dans le déluge de shred sans âme, c'est à mon avis la plus grande qualité d'Akio Shimizu en tant que guitariste.
La chanson suivante calme un peu le jeu. Walk through the night est une balade typique du Heavy; une voix poignante, des lignes de guitare calme, un solo magistral, tout ce qu'on aime.
Fini les larmes, on reprend le court des choses avec Emptiness World, titre en apparence un peu plus lourd, mais en fait dans la pure lignée des titres précédents.
Dans le genre "sonorités typiquement 80", Telling You est surement la chanson qui en est le plus proche, et ce, toujours pour notre plus grand plaisir.
Il est maintenant l'heure de l'instrumental: Pilgrim démontre ici toute l'ampleur du talent de compositeur d'Akio Shimizu. Malgré un rythme plus lent, Pilgrim est une véritable histoire dans l'histoire de cet album avec de superbes mélodies néo-classiques accompagnées de ce qu'il faut de Shred là ou il faut. Un chef d'oeuvre, et il faut bien avouer que l'on avait pas eu une instru aussi solide depuis D.I.M 422 de l'album Seven Hills en 2001.
On approche de la fin de Black Empire, et pourtant le rythme ne baisse pas. Awake reprend de plus belle après une instru plus calme. Anthem maîtrise le Heavy Metal, c'est irréfutable. Encore une fois, la preuve est ici apportée, et on apprécie le fait que le groupe ne lâche pas leur fil rouge: un retour aux sources.
L'album se conclut sur Perfect Crawler, où Akio Shimizu ne semble pas savoir se contenir et nous livre des lignes de guitare absolument délicieuses et certainement le solo le plus impressionant de l'album. Il en avait encore sous le pied le vilain? Pour conclure en beauté, c'était la fin qu'il fallait.



Anthem, de par sa position de pionnier du Heavy Japonais, se doit de montrer l'exemple, et surtout de le faire bien. Ce qui avait légèrement divisé les fans jusqu'à maintenant n'est plus; Black Empire est l'album de la réconciliation, et il me paraît assez évident qu'auprès des fans, il fera l'unanimité. Sachez en tout cas, que la critique Japonaise a salué un retour aux sources de la part du groupe et a bien mieux accueillit Black Empire que les albums précédents.
On pourrait cependant déplorer deux petits points de détails. Premièrement, une tracklist un peu courte, mais c'est une habitude chez Anthem, donc pas réellement étonnant. Deuxièmement, je trouve personnellement la basse de Naoto Shibata un peu trop effacée sur certains morceaux, c'est d'autant plus dommage quand on sait qu'il est un bassiste talentueux. On aurait peut-être aimé entendre quelques petits solos de basse comme on les entendait auparavant.
Malgré tout, ce ne sont que de petits détails loin d'être suffisant pour gâcher l'immense plaisir que nous apporte ce Black Empire, qui est une vraie réussite, une perle dans la discographie Anthemienne.


Le Heavy Metal a encore de dignes représentants au Pays du Soleil Levant, preuve en est faite. On a hâte de voir la suite, ce qui normalement ne devrait pas trop traîné; le site officiel du groupe laissait entendre que le groupe serait actuellement en studio pour l'enregistrement d'un nouvel album qui devrait sortir en 2011. Croyez moi, ils sont attendus avec impatience, et je ne manquerai pas de vous faire part de mes impressions dès lors de sa sortie.


Les +
- Retour aux sources des années 80 du groupe
- Anthem au top de sa forme
- Progrès graphique pour la pochette
- Album de la réconciliation pour les fans


Les -
- Tracklist un peu courte
- La basse parfois un peu trop effacée
- Eh ben, je cherche mais...


Black Empire - Tracklist
1 - Black Empire
2 - Heat of the night
3 - You
4 - Go Insane
5 - Walk through the Night
6 - Emptiness World
7 - Telling You
8 - Pilgrim
9 - Awake
10 - Perfect Crawler


 

mercredi 24 novembre 2010

ANTHEM

Anthem
Hirotsugu Homma - Akio Shimizu - Eizô Sakamoto - Naoto Shibata


Après avoir assez longuement parlé des légendaires démons du Heavy Japonais, il est temps de parler cette fois de l'un des groupes dinosaures du Metal Made in Japan.

Quand on évoque les origines du Heavy Metal Japonais, tout connaisseur pensera de suite à deux ou trois noms qui viennent instinctivement; l'un d'eux est Anthem. Il s'agit là de l'un des groupes instigateurs du genre Heavy Metal au Japon, un de ces groupes qui font office de légende, un de ceux sans qui, le Heavy ne serait pas le même.

Et comme tous les groupes, ils ont une histoire.



Histoire

Anthem a été fondé en 1981 à Tôkyô par les 4 membres de la line up d'origine, à savoir Toshihito Maeda au chant, Akifumi Koyanagi à la guitare, Naoto Shibata à la basse et Takamasa Ôuchi à la batterie. Avant même le premier album, deux changements de line up ont eu lieu: Koyanagi quitte le groupe en 83 et laisse place à Hiroya Fukada tandis que Maeda part fin 84 pour être remplacé par celui qui va être le chanteur emblématique du groupe: Eizô Sakamoto.

En 1985 sort leur premier album éponyme. Le groupe se fera remarquer pour les incroyables performances vocales d'Eizô qui sera salué pour son talent.
Le 3e album révèle le producteur du groupe: Chris Tsangarides, nom mondialement connu essentiellement pour être le producteur du célébrissime Painkiller du groupe Judas Priest. Le groupe sait s'entourer! Après le 3e album, Eizô quitte le groupe en 1988. Malgré le départ de leur extraordinaire chanteur, Anthem va recruter Yukio Morikawa dont la voix apportera une grande notoriété supplémentaire au groupe.
Avec l'arrivée de Morikawa, le groupe sortira leur album Gypsy Ways en 1988, considéré comme leur plus célèbre opus.
Début 90, le groupe voit partir Hiroya Fukada qui laissera sa place de guitariste à Hideaki 'Shadow Walker' Nakama, avec qui le groupe enregistrera leur premier album sans l'aide de Tsangarides. Nakama quitte le groupe après l'enregistrement de No Smoke Without Fire.

Arrive alors Akio Shimizu en 1992 et l'album Domestic Booty. A la sortie de cet opus, la critique n'a pu que saluer maintes et maintes fois le bond en avant technique dont la guitare a fait preuve. En effet, il s'agit là de l'album le plus techniquement poussé que le groupe ait jamais enregistré auparavant, et ce, grâce à l'insoupçonnable talent de génie d'Akio Shimizu pour la guitare.
Malgré cela, le groupe ne trouva pas son public. Avec l'explosion du grunge aux USA et du Visual Kei au Japon, le Heavy Metal s'en trouva quelque peu démodé. Naoto Shibata, leader du groupe décida la séparation après une énorme tournée organisée en conséquence.

Après la séparation, Shibata est recruté pour la place de bassiste dans un autre célèbre dinosaure du Heavy Japonais: Loudness, où il rencontre le batteur Hirotsugu Homma. Mais il est forcé de quitter Loudness qui a décidé de retrouver sa formation originelle.

En 2000, après 8 ans de silence, Shibata reforme Anthem aux côtés d'Akio Shimizu, Takamasa Ôuchi, et d'un nouveau nom au poste de chanteur: le célèbre Graham Bonnet mondialement connu pour être le chanteur de groupes comme Alcatrazz ou Rainbow. Le groupe sort un album de ré arrangements en anglais de leurs grands titres.
En 2001, Shibata procède à de nouveaux changements dans la line up qui atteindra alors la formation finale toujours présente aujourd'hui. Takamasa Ôuchi est remplacé à la batterie par Hirotsugu Homma (rencontré durant Loudness) et surtour le grand retour d'Eizô Sakamoto au poste de chanteur.

De 2001 à 2008, le groupe sort 5 albums studio. En 2005, pour fêter leurs 20 ans de carrière, une énorme tournée est organisée où tous les membres depuis 1985 joueront les chansons du groupes dans leurs formations respectives.

Le groupe serait actuellement en studio pour un nouvel album qui sortirait en 2011.





Impact

Anthem, comme dit plus haut; c'est un peu un dinosaure du Heavy Metal Japonais au même titre que d'autres noms célèbres tels que Loudness, Vow Wow ou encore Earthshaker.

Leur succès et les influences qu'ils ont apportés au Heavy Japonais en font un groupe référence; succès dont les membres sont en (grande) partie responsable.


Eizô Sakamoto


Au chant, le charisme et les incroyables performances vocales d'Eizô Sakamoto font de lui LE chanteur emblématique du groupe. Une voix typiquement Heavy, parfaitement maîtrisée au service d'un show man de 1er ordre, que demander de plus?
Dans un registre différent, Yukio Morikawa aura également su marqué les esprits. Sa voix, plus "FM", aura apporté à Anthem le succès dont ils rêvaient. Pas aussi populaire qu'Eizô, Yukio a su prouver que lui aussi peut chanter dans la cour des grands comme un pro.
Le passage de Graham Bonnet, un grand nom aux USA, est un plus indéniable sur le CV du groupe, mais a surtout permis à Anthem de retrouver un second souffle après leur séparation. De plus, ce n'est pas sans rappeler le passage d'un certain Mike Vescera, connu pour avoir été l'un des chanteurs pour Yngwie Malmsteen, au poste de chanteur dans la line up de Loudness.


Akio Shimizu


A la guitare, le niveau a progressé crescendo jusqu'à l'arrivée d'Akio Shimizu pour l'enregistrement de Domestic Booty. Le niveau technique de la guitare monte alors d'un énorme cran et Akio Shimizu sera acclamé pour son affolante technique.


Naoto Shibata


La basse de Naoto Shibata a, elle aussi, la part belle dans ce succès car étant un bassiste hors pair et le dernier membre fondateur encore présent, il est impossible de parler d'Anthem sans évoquer Shibata. Sa voix étonnamment stable fait de lui un excellent choriste pour accompagner les cris d'Eizô ou de Yukio.


Hirotsugu Homma


A la batterie, Takamasa Ôuchi aura survécu aux nombreux changements de line up  et même au disband, jusqu'en 2001, où Shibata aura préféré le remplacer par Hirotsugu Homma. Bien que triste pour l'avant dernier membre fondateur, le groupe ne perd pas au change, au contraire: la batterie gagne en rapidité et en technicité.

A noter également, le passage en tant que membre de session de Don Airey, au clavier, connu pour être le claviériste de Deep Purple depuis 2002.


Anthem, c'est essentiellement deux grandes périodes "musicales":
1) 1985 à 1992
2) 2000 à aujourd'hui


Durant la 1e période, le groupe joue d'un Heavy Metal typique de celui des années 80. Leur succès va crescendo jusqu'à l'album de l'arrivée de Yukio Morikawa en 1988: Gypsy Ways, considéré comme leur plus populaire. L'autre point important de cette période est la sortie de Domestic Booty, et donc, l'arrivée d'Akio Shimizu. Le groupe atteint alors le niveau parfait de composition. Malheureusement, comme cité plus tôt, le contexte musical de l'époque de ne prête plus vraiment au Heavy ce qui aura pour conséquence le disband du groupe.

A partir de la reformation de 2000, Anthem prend une orientation musicale légèrement différente. On retrouve désormais quelques influences Power Metal. Mais cela reste succint: les paroles gagnent un côté "épique" et la composition musicale se veut un peu plus agressive sans pour autant dénaturer complètement les racines du groupe. Des influences restent des influences, Anthem reste et restera un groupe dont la musique est fermement ancré dans le Heavy Metal des années 80. Car au delà de ces "influences", le son reste fidèle à ce pour quoi ils taillés: le Heavy Metal.

C'est pour cette raison qu'Anthem, l'un des pionnier du genre est encore aujourd'hui une référence en la matière. Ces dinosaures continuent et continueront à donner des leçons de musique à tout le monde, et ce, pour notre plus grand plaisir.


Venom Strike [Live]
Album : Domestic Booty (1992)



Discographie

1985 : Anthem
1986 : Tightrope
1987 : Bound to Break
1988 : Gypsy Ways
1989 : Hunting Time
1990 : No Smoke Without Fire
1992 : Domestic Booty
2000 : Heavy Metal Anthem
2001 : Seven Hills
2002 : Overload
2004 : Eternal Warrior
2006 : Immortal
2008 : Black Empire
2011 : Heraldic Device
2012 : Burning Oath



 
Immortal Bind

mardi 9 novembre 2010

Grand Illusion - 1999 Secret Object


Grand Illusion - 1999 Secret Object


Bon, je vais pas vous refaire la critique des récentes sorties de Seikima II, mais enfonçons encore un peu plus le couteau dans la plaie. Vous vous souvenez donc des derniers albums dont la conclusion était : rock, brouillon, un peu chaotique. 
Un album nommé "Tribute to 聖飢魔II" est sorti le 15/09/2010: 11 reprises de Seikima II par 11 groupes différents; 10 Japonais et 1 Suédois. C'est du groupe Suédois dont nous allons brièvement parler. 


Je vous présente donc Grand Illusion, groupe de Melodic Rock Suédois qui travaille en étroite collaboration avec His Excellency Demon Kakka (Kogure) ce qui leur a valu l'honneur de participer à l'album Tribute. Ils ont donc composé une reprise rock du titre 1999 Secret Object. Mais si l'on fait la comparaison avec la reprise par Seikima II eux même, la conclusion suivante apparaît claire comme de l'eau de roche: Grand Illusion is the Winner!
Contrairement à celle d'Akuma Relativity, cette version est d'une justesse, d'une netteté et d'une propreté exemplaire. Le tout est maîtrisé de A à Z, sans impression brouillon, de sonorités chaotiques, non non rien de tout ça. 


Allez donc comprendre, il faut croire qu'un groupe de Rock maîtrise mieux le Rock qu'un groupe de Heavy Metal! Etonnante ironie n'est-ce pas? Quoiqu'il en soit, je vous laisse profiter de ce titre qui vaut largement la peine d'être écouté.

mercredi 27 octobre 2010

Seikima II - Akuma Nativity / Akuma Relativity / A Quarter Century of Rebellion


聖飢魔II / Seikima II

Nous y voilà, le grand retour des démons du Heavy Metal Japonais. La Terre devrait à nouveau trembler car His Excellency Demon Kogure et sa bande reviennent pour conquérir le monde à grands coups de guitares. Le monde court-il à sa perte? C'est justement ce que nous allons voir, mais avant de rentrer dans le vif du sujet, jetons d'abord un oeil à ce qui a changé.


Changements

Niveau line-up, un changement majeur : le départ de Ace Shimizu. Oui oui le même Ace Shimizu présent depuis presque les débuts du groupe. Mais ne pleurez pas de suite, car ce joyeux luron est remplacé par un nom bien connu du groupe, j'ai nommé Jail O'hashi. Ah! Vous voyez, tout de suite on est moins triste n'est-ce pas? On se retrouve donc avec un sacré duo de guitaristes.
Un autre changement: Son excellence qui a eu beaucoup de noms différents désire désormais apparaître sous le nom unique et universel de His Excellency Demon Kakka. Le chef de la meute fait son petit caprice du siècle, rien de bien perturbant.
Il s'agit de la 2e reformation du groupe qui s'était déjà retrouvé sur Terre en 2005 à l'occasion des 20 ans d'activité de la bande pour une série de concerts anniversaires.


AlbumS

Vous êtes gâtés les enfants car vous avez le droit à 3 albums en un seul article, rien que pour vous! Pourquoi? J'y viens, patience.

Nous sommes en 2009, les entrailles de l'enfer s'ouvrent à nouveau et laissent échapper une bande de démons bien connus des Japonais. Seikima II est de retour. Ils se réveillent, se déchainent et font gronder leurs instruments: Akuma Nativity voit le jour. 2010 voit naître Akuma Relativity et A Quarter Century of Rebellion.
3 nouveaux albums, en voilà un grand coup de maître! Nouveau? J'ai dit nouveau? Oups j'ai du fourcher, et c'est bien là le problème...

Mettons les choses au clair tout de suite : sur les trois albums, seulement 4 morceaux inédits présents sur les deux derniers, vous savez pourquoi? Car il s'agit en fait d'albums de reprises des grands titres de Seikima II par Seikima II, ni plus ni moins. Akuma Relativity introduit les 4 morceaux inédits, et A Quarter Century of Rebellion réunit les deux précédents sur un seul et même album. On se sent un peu arnaqué pour le coup...

Composition

Bon, peut-être que cette première déception sera rattrapé par la composition.
Première chose qui frappe, tout est chanté en Anglais à l'exception des morceaux inédits. Non pas que l'accent de Kogure/Kakka soit mauvais bien au contraire, mais l'habitude de l'entendre chanter en Japonais fait que l'Anglais intégral surprend.
La composition des morceaux en elle même a aussi de quoi être décevante. Jusqu'à présent, il fallait avouer que celle-ci restait fidèle à une base Heavy solide et clairement présente; il était donc impossible d'oublier que Seikima II est un groupe de Heavy Metal, non non. Désormais, au revoir le Heavy que l'on affectionne tant, bonjour le rock mainstream, et encore, sur la plupart des morceaux, une impression de composition brouillon ressort; une sorte de chaos sonore, qui peut se révéler vraiment désagréable. De la part d'un groupe légendaire du Heavy Japonais, c'est une énorme déception...

Le seul point positif que l'on peut retirer de ce brusque changement est même assez relatif. Cela permettrait à qui ne connait pas le groupe de découvrir leurs grands titres dans une version commerciale abordable. Bien que cela puisse être facilement contestable étant donné le côté "facile à écouter" du groupe, même dans les anciennes versions.
Les fanas de rock seront donc contents de découvrir un bon album rock.


Promotion

Cité sur leur site comme une "période de réunion limitée", peut-être, qu'au final, le fait que la reformation du groupe prenne ce chemin ne soit pas vraiment étonnant.
Quoiqu'il en soit, Seikima II met les moyens dans la promotion, ba oui, il faut vendre pour pouvoir rénover les enfers! Tout d'abord un mini clip anime réalisé par Kobun Shizuno, mangaka reconnu, afin d'annoncer le retour des démons sous la forme d'un mini trailer sur fond d'EL DORADO, nouvelle version. Très réussi!

Deux nouveaux clips sont ensuite apparut - EL DORADO et Babies in their dreams - le premier réalisé de manière très cinématographique, le deuxième de manière plus classique.

Le clip d'El Dorado suivi du mini trailer réalisé par Kobun Shizuno

Une version collector est également disponible pour chacun des deux albums, contenant chacune un DVD, l'un avec les deux clips d'EL DORADO et l'autre avec celui de Babies in their Dreams. Un peu maigres malgré tout...

La reformation du groupe soulève un dernier problème: celui de la cohérence vis à vis de leur propre mythologie. La légende voulait que le groupe eu conquis le monde japonais à la fin du 20e siècle. Le disband de 1999 était donc parfaitement logique et cohérent ce qui leur valait le respect de beaucoup. Si la reformation de 2005 peut encore vaguement être justifiable, celle ci l'est beaucoup moins. La mythologie Seikima II s'effrite un bon coup et perd de son éclat pour qui connaissait le groupe avant cela.

Espérons qu'au fond de leur coeur, les démons du Heavy Metal ne soient pas morts, car nous n'aurions alors que nos yeux pour pleurer.

Babies in their Dreams


Les +
- Le "spectacle" Seikima II
- Une bonne promo

Les -
- Peu d'inédits
- Impression de Rock Brouillon voire Chaotique
- Chant Anglais
- Grosse Incohérence Mythologique


Akuma Nativity - Tracklist
1 - Create the Next Century
2 - The Prince of Jigoku
3 - The House of Wax
4 - Fire after Fire
5 - El Dorado
6 - Masquerade
7 - Big Time Changes
8 - Pandemic Carriers
9 - Adam's Apple
10 - Oni
11 - A Demon's Night
12 - Brand New Song
13 - The Akuma Symphony Suite - Number 666 in C# minor
          1 - Overture
          2 - The First Movement - Stormy Night
          3 - The Second Movement - Akuma no Ana
          4 - The Third Movement - Kill the King Ghidrah
          5 - The Fourth Movement - Dead Symphony
14 - Humane Society






Akuma Relativity - Tracklist
1 - Go Ahead
2 - Overture ~ Winner !
3 - Stainless Night
4 - 1999 Secret Object
5 - Jack the Ripper
6 - Revolution has Come
7 - Overture ~ Bad Again "Time to be a man of the wild"
8 - Ore Sama ha anonymous
9 - Babies in their Dreams
10 - Let me be your Friend
11 - Deserted Hero

mercredi 20 octobre 2010

聖飢魔II / Seikima II



C'est avec une certaine émotion que voici le premier article de ce blog. Pour un premier article, il me fallait un groupe qui a marqué, qui marque et qui marquera les générations, en bien ou en mal.

Mon choix s'est donc porté sur 聖飢魔II aussi orthographié Seikima II.

Pourquoi Seikima II? Et bien, parce que ceux que l'on surnomme "Les Démons du Heavy Metal Japonais" sont de retour après plusieurs années de silence. Jusqu'ici plus ou moins restreint à se produire dans l'archipel du Sushi, le groupe a décidé de faire son come back avec une portée internationale, rien que ça! C'est donc tout naturellement qu'ils se sont invités à la Japan Expo 2010 pour un concert, le premier en France de l'histoire du groupe.

Avant d'explorer le groupe un peu plus en détail, faisons un bref historique de la bande de démons pour bien se situer.


Histoire

Notre histoire commence en 1982, Damian Hamada, guitariste décide de créer un groupe. Jusque là, rien de bien inhabituel. Sauf que ce Mr Hamada est un démon, il est The Crown Prince of Hell His Majesty Damian Hamada. Son altesse s'ennuie dans les enfers, il quitte alors son paradis, embarque sa guitare et se rend sur Terre. Avec ses collègues démons, il s'en va précher la religion de Satan à travers le Heavy Metal qu'il fait gronder à l'aide de sa guitare en bon démon qu'il est.

Ce cher démon Hamada est accompagné par His Exellency Demon Kogure au chant, Zod Hoshijima à la basse et Ace Shimizu à la batterie.


Comme vous pouvez le voir, Seikima II ne se cache pas pour revendiquer ses origines démoniaques. Via de nombreux petits concerts, ils se font doucement connaître de la communauté Heavy Metal. Mais en pleine ascension, Sa Majesté Hamada décide de quitter le groupe. Quitter le groupe, pas réellement, car il reste très présent en tant que fondateur respecté du groupe et compositeur. Entre 1983 et 1985, le groupe enchaîne les concerts et gagne en popularité mais n'arrive pas à maintenir de line-up stable.

1985 voit apparaître la première line-up officielle pour le groupe qui se compose alors de Kogure toujours au chant, Ace Shimizu devenu guitariste, Jail O'hashi second guitariste, Zod Hoshijima toujours présent à la basse et Raiden Yuzawa à la batterie.
La même année sort leur premier album.

Fin 1986, après la sortie de leur 3e album, Zod décide de quitter le groupe, suivi de près par Jail en 87. Mais Jail, quant à lui, restera très présent et reviendra parfois en tant que Guitar Guest lors de concerts.

Le groupe atteint alors sa line-up finale avec l'arrivée de Xenon Ishikawa à la basse et surtout du Sgt Luke Takamura en lead guitarist qui va énormément composé pour le groupe.

Le groupe sort de nombreux albums jusqu'en 1999, année de leur album et concert final.
Seikima II se sépare à 23:59:59 le 31/12/1999 telle que la mythologie du groupe le veut.


Impact du groupe

La mythologie relative au groupe occupe une place prépondérante dans sa popularité; il est en effet peu commun de croiser un groupe de démons venu des enfers pour précher Satan à grands coups de Heavy Metal. Il n'est pas donc étonnant de se retrouver face à ces zigotos peinturlurés à la mode Kabuki, manifestation théâtrale de leur mythologie démoniaque.

Le nom du groupe signifie littéralement "Démon dévoreur de saint II" [聖飢魔II prononcez Seikimatsu]
Mais cela est en fait un jeu de mot avec une série de kanjis différents qui se prononcent de la même façon: 世紀末 > La fin du siècle; d'où le disband en 1999, car ils étaient destinés, d'après la mythologie du groupe à se séparer à la fin du siècle après avoir conquis le monde.

Le nom du groupe est aussi une abéviation de la phrase suivante:
" 聖なる物に飢えている悪魔がII(ふたた)び蘇る "
" Seinaru mono ni kieteiru akuma ga futata (tsu) biyomigaeru "
> " Le démon qui dévore la sainteté est à nouveau ressucité "

Jusqu'à la fin, ils sont restés fidèles à la mythologie qu'ils ont crée, leur cohérence vis à vis d'eux mêmes leur a valu un grand respect de la part de la communauté Heavy Metal.

Seikima II c'est démoniaquement bon, le spectacle est toujours assuré, et ce malgré les nombreux albums qu'ils ont sortis. Il en ressort toujours cette base solide et stable de Heavy que l'on affecionne à travers toutes ces années. L'esprit du Heavy dirige encore et toujours cette bande de démons venus conquérir notre monde.

Kogure

L'icône du groupe est sans aucun doute His Excellency Demon Kogure (デーモン小暮閣下 Demon Kogure Kakka), artiste multi talentueux car il est à la fois, musicien, chanteur, acteur, présentateur télé, commentateur sumo parmi d'autres. Un monstre pareil fait forcément parler de lui mais ne fait pas tout, tout seul. Il est suivi de très bons instrumentalistes tels que le duo Jail O'hashi / Ace Shimizu qui sont tous deux de très bons guitaristes doublés de showmen affirmés durant les live. Malgré le départ de Jail au profit de Luke Takamura, le groupe n'aura pas perdu grand chose, car ils échangent un très bon guitariste pour un autre très bon compositeur/interprète qui saura donner de sa personne en live. Ajoutez à cela, un bassiste et un batteur d'une justesse exemplaire, il serait difficile de reprocher quelque chose à de tels démons.

Luke Takamura

Musicalement, le groupe joue d'un Heavy Metal abordables pour les néophytes avec des refrains qui restent encore et encore en tête, ce qui en fait un groupe référence pour qui veut découvrir le Heavy Metal Made in Japan.


Malgré leur disband en 99, le groupe s'est reformé une première fois en 2005 pour une série de concerts anniversaires à l'occasion de leur 20 ans de carrière.
Les démons referont leur apparition une deuxième fois en 2010 pour un nouvel album de remake.

Xenon Ishikawa

En France, jusqu'en juillet dernier, le groupe était quasiment inconnu, au grand désespoir de gens comme moi; en effet, les Français écoutant du Heavy Japonais sont assez rares, car la plupart des "métalleux" n'ont d'yeux que pour des groupes comme The Gazette.
Malgré cela, le groupe a fait parler de lui lors de leur concert à la Japan Expo 2010, de part son excentricité vestimentaire et mythologique qui, même pour les amateurs de Visual Kei, est déroutante.

Ace Shimizu

J'aurai bien sûr l'occasion de traiter plus en détail les activités récentes du groupe, un article sur leur dernier album étant en préparation.

Quelque soit l'avenir du groupe, Seikima II aura marqué les esprits pendant une quinzaine d'années en asservissant toute une partie de la population musicale japonaise. Les légendaires démons du Heavy Metal vivront, dans nos souvenirs à jamais.


Jack the Ripper
Chanson emblématique du groupe

Discographie

1985 : 悪魔が来たりてヘヴィメタる - Akuma ga Kitarite Heavy Metal
1986 : The End of Century
1986 地獄より愛をこめて - Jigoku Yori Ai wo Komete
1987 : Big Time Changes
1988 : The Outer Mission
1990有害 - Yûgai
1992恐怖のレストラン - Kyôfu no resutoran
1994 : Ponk!!
1996メフィストフェレスの肖像 - Mefisutoferesu no Shôzô
1997 : News
1998 : Move
1999 : Living Legend
2009 : Akuma Nativity
2010 : Akuma Relativity
2010 : A Quarter Century of Rebellion